Annuaire association

Supprimer toutes les publicités avec l'asso-pack + ?
Commander !

HUMOUR et LANGUE FRANCAISE

N D L R  - Michel CHATEAUNEUF - exemple de billet
Nous remercions Alfred GILDERT de nous avoir personnellement autorisé à reproduire quelques passages
de son ouvrage: "Antologie des jeux avec les mots".

 

« Rien de mieux pour goûter le sel de notre langue que de se délecter sans retenue des jeux qu’elle inspire". Rabelais l’a dit: « les mots expriment « à plaisir ». Alfred Gilder.

»La Vérité engendra le Bon Sens. Le Bon Sens engendra l’Esprit, qui épousa une dame d’une branche collatérale, nommée Gaîté, dont il eût un fils: l’Humour. » Joseph Addison, The Spectateur, 10 avril 1711.


« Si la matière grise était rose, nous n’aurions jamais des idées noires » Alfred Gilder 

« L’humour est une façon de se tirer d’embarras, sans se tirer d’affaire » Louis Scutenaire 

« Mieux vault de ris que de larmes...pour ce que rire est le propre de l’homme »François Rabelais 
« La plus perdue des journées est celle où on n’a pas ri » Chamfort 

« Les gens qui ne rient jamais ne sont pas sérieux » Alphonse Allais

« Le rire est une chose sérieuse avec laquelle il ne faut pas plaisanter » Coluche 

« Nous sommes ici-bas pour rire. Nous ne le pourrons plus au purgatoire ni en enfer. Et au paradis, ce ne serait pas convenable » Tristan Bernard 

« Ne prenez jamais la vie au sérieux, de toutes façons, vous n’en sortirez pas vivant » Fontenelle 

« L’imagination a été donnée à l’homme pour compenser ce qu’il n’est pas et l’humour pour le consoler de ce qu’il est » Hector Saki.
François 1° laissa le choix de sa mort à son royal bouffon –qui l’avait offensé– 
il lui fit sur l’instant cette réponse: »Bon, sire, par sainte Nitouche et saint Pansard, patrons de la folie, je demande à mourir de vieillesse".
Prisonnier à la Bastille où il séjourna 12 ans, Bassompierre tournait brusquement les feuillets d’un livre. Le geôlier lui demanda: « que cherchez-vous? » - « Un passage que je ne saurais trouver ».

 

Le comte Antoine de Rivarol - Les méchantes langues prétendirent qu’il émigra pendant la Révolution, pour se persuader qu’il était un vrai noble. 

Après un dîner, Rivarol s’étant assoupi, quelqu’un chuchota: " Laissons-le dormir, ne parlons plus! » D’un oeil mi-clos, Rivarol lança: « Ah, mais si vous ne parlez plus, je ne dormirai pas! ».

Au commencement de la Révolution, le timide Louis XVI lui demanda: « Que dois-je faire? » Notre monastique caustique répondit: » Votre métier, Sire. »
Dans son Petit almanach de nos grands hommes: sur Marat: » il n’a pas eu de chance, pour une fois
qu’il prenait un bain. »
Sur Talleyrand: »Il vendrait son âme au diable et il aurait raison car il troquerait du fumier contre de l’or. »
Sur l’Angleterre: « un pays où il y a plus d’apothicaires que de boulangers, où l’on ne trouve de fruits mûrs
que de pommes cuites. »
A un jeune tricheur devenu courtisan: « il ne vole plus depuis qu’il rampe ».
Sur le docteur Guillotin qui donna son nom à la terrible machine que l’on surnommera

« le rasoir national: « il a un peu trop tranché dans le vif. »

Une dame qui fut belle autrefois l’interroge: « quel âge me donnez-vous? » — « Pourquoi, madame, vous
n’en avez pas assez? «
On lui prête cet épitaphe sur lui-même: « la paresse nous l’avait ravi avant la mort . »
Homophonie plaisante « Cet homme est énormément bête »
« Cet homme est énorme et m’embête »
« Cet homme est ténor, mais m’embête. »



Réagir


CAPTCHA